jeudi 25 février 2016

Planifier son roman # 3 : Le décor



Ça y est, vos personnages sont créés, prêts à prendre vie sous votre plume. Patience, avant cela nous allons imaginer le décor dans lequel ils évolueront. 

Si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à aller jeter un coup d’œil à  "Planifier son roman #2 Création de personnages"

Tout d'abord, qu'est-ce que le décor ? Le plus simple est sans doute de dire que c'est l'endroit où se déroule votre roman, et, au-delà, chacun des endroits où se passent les différentes scènes de l'histoire. Il remplit plusieurs fonctions. Celle qui nous vient en premier à l'esprit est bien sûr l'atmosphère. Quand vous lisez un roman qui se passe dans de grandes étendues glacées, vous avez envie d'entendre la neige crisser sous les pas du héros, de ressentir l'immense solitude de ce désert blanc... Si l'auteur ne vous donne pas ça, vous aurez plus de mal à vous intéresser à ce que ressent le héros. Parce que, soyons honnête, un roman qui raconte les aventures d'un pauvre type perdu tout seul en plein blizzard cela peut vite s'avérer relativement barbant.



Mais le décor ne sert pas qu’à cela.  Il peut aussi être ce qu'Elisabeth George nomme dans son livre, un révélateur de caractère. L'endroit dans lequel nous vivons en révèle bien plus sur nous que nous le voudrions. Décrire l'environnement de votre personnage vous permettra de passer des messages au lecteur de manière bien plus subtile qu'un long discours sur pourquoi, décidément, faire le ménage est contraire à tous ces principes. La réaction des personnages face à un environnement différent du leur est aussi très révélatrice de leur personnalité. Par exemple, en jetant un œil, joyeux mélange de notes en tous genres, de papier de brouillon, de bouquins et de stylos divers et variés, on s'aperçoit vite du désordre qui peut parfois régner dans ma tête. À l'inverse, un endroit parfaitement rangé, aseptisé, où chaque chose a sa place, aura tendance à me mettre mal à l'aise.

Ceci n'est pas mon bureau !

Dernière chose, le décor peut aussi servir à amplifier la scène qui s'y déroule, notamment s'il entre en complète opposition avec elle. Un meurtre dans un lieu saint, ou dans un jardin d'enfants, nous paraîtra d'autant plus horrible qu'il vient souiller la pureté/ l'innocence des lieux.

C'est bien joli tout ça, mais cela ne nous aide pas beaucoup dans la conception du décor, alors passons à la suite. Au moment de choisir vos décors, deux possibilités s'offrent à vous.  Soit vous choisissez un lieu ou une atmosphère que vous connaissez bien. Dans ce cas-là, votre travail s'en trouvera grandement facilité. Ou alors comme moi, vous avez envie d'être dépaysé, de découvrir de nouveaux horizons grâce à l'écriture, et vous choisissez de placer l'intrigue de votre roman à des milliers de kilomètres de chez vous. Et c'est là que commencent les emmerdes les ennuis. 

Rem : au cas où j'aurais oublié de vous prévenir, les décors et les descriptions en général sont ma bête noire. Ce qui m'intéresse dans un roman, c'est l'histoire. Je ne visualise pas du tout les décors, que ce soit quand je lis ( j'ai d'ailleurs une fâcheuse tendance à enclencher le mode lecture rapide dans les passages de description) ou quand j'écris. Dans cet article, je vous transmets les conseils que j'ai trouvés ailleurs et que vais essayer d'appliquer, mais je suis loin de me considérer comme une pro en la matière. Tant que j'y pense, si certains d'entre vous ont des conseils à me donner, n'hésitez surtout pas à les laisser en commentaire ou de donner un lien si vous avez écrit un article sur le sujet. Fin de la digression, je reviens à ce que j'étais en train de dire ( enfin d'écrire, mais vous me comprenez)

Dans son livre, Elisabeth George nous conseille d'aller faire un tour sur les lieux. Bon ... Je ne sais pas pour vous, mais moi, l'intrigue du roman sur lequel je travaille, le pays des enfants parfaits, se passe à New York, comme une bonne partie de celle du premier tome de l'apprentissage du sang d'ailleurs ( note à part : j'ai eu l'idée du pays des enfants parfaits en faisant des recherches pour l'apprentissage du sang ). J'aurais un peu de mal à faire passer le voyage dans mon budget d'étudiante. Pire, le deuxième tome de l'apprentissage du sang se passe en pleine jungle colombienne. Un petit séjour en tant qu'otage chez les FARC ajouterait sans doute beaucoup de réalisme à mon roman, mais franchement, je préfère éviter. J'ai donc tendance à utiliser la fameuse technique "Google est ton ami". Je fais des recherches sur google map ( très pratique la street view) , je lis des articles, je regarde des photos, je regarde des reportages... Bref, je m’imprègne de l’ambiance sans bouger de chez-moi.  de l'a  Pour le passage en Colombie, j'ai acheté le livre d'un ex-otage pour m'inspirer des lieux  et, accessoirement, ne pas raconter trop de bêtises. Car quand je ne sais pas, et bien j'invente ! Après tout, j'écris des œuvres de fiction. Si quelques erreurs se glissent, et bien tant pis, ce n'est pas ça qui va m'empêcher d'écrire. Bien sûr, je parle uniquement pour moi qui n'aie pas la prétention d'apporter une vérité historique ou scientifique dans mes romans. Si c'est votre cas, et bien, vous n'avez plus qu'à vous replonger dans vos recherches, mais ça, vous le saviez déjà en vous engageant sur ce terrain-là. Cet article ne concerne pas forcément les auteurs de Fantasy qui ont déjà du commencer à réfléchir au problème pendant la création du monde ( il faudrait d'ailleurs que je fasse aussi une série d'articles là-dessus), encore que, certains lieux sont sans doute encore à créer.

Il s'agit maintenant, comme pour les personnages, de créer des fiches/cartes/dessins des principaux lieux où se déroulera votre roman. N'hésitez pas, même si vous n'écrivez pas dans un monde imaginaire, d'inventer des lieux qui n'existent pas dans la réalité pour qu'ils deviennent réellement les vôtres : Prendre un morceau, d'un endroit, le mixer avec un morceau d'un autre, ajouter un petit détail aperçu dans un troisième... pour créer un lieu unique où vos personnages, et surtout vos lecteurs) se sentiront chez-eux. 


Voilà, c'est fini pour cette semaine. J'ai bien conscience que cet article manque un peu de fond, mais j'espère qu'il vous sera quand même utile.   

Envie d'accéder à l'étape suivante ?

Planifier son roman #4 : le synopsis

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire